Lancement du “Tunisian Startup Index 2012’’

Publié dans: 

Piloté par la BAD (Banque Africaine de Développement) et le Technopark Ghazala, “Tunisian Startup Index 2012’’ est un projet qui vise à mettre en place une plateforme de notation des startups tunisiennes pour leur offrir une meilleure visibilité au niveau international.

L'objectif étant d'attirer des sources de financement diversifiées pour soutenir la croissance de ces startups.

Le même concept est déjà opérationnel en Afrique du Sud, et est en cours de mise en place en Malaisie.

D’ailleurs, c’est le SASi (South Africa Startup index) qui sera associé au projet en Tunisie. C’est dans ce cadre qu’il devait faire une démonstration de la plateforme sud-africaine, et donner plus de détails sur les critères pris en compte dans le calcul du TSi. Mais, le représentant de SASi n'a pas pu être parmi nous.

Les représentants de la BAD ont confirmé que la méthodologie de mise en place du TSi (Tunisian Startup index) est prête. Cependant, une personnalisation de l'indice se fera en collaboration avec plusieurs intervenants (porteurs de projets, entrepreneurs, consultants, organismes d'accompagnement, organismes de financement, etc.).

La Directrice Générale du Technopark Ghazala a lancé un appel aux participants à la journée pour manifester leur intérêt par rapport à une éventuelle contribution.
La première mission du Comité de Pilotage qui sera ainsi formé est d’élaborer un Guide Book pour la conduite du projet.

Comment obtenir le TSi ?

Le TSi est constitué d'éléments financiers et non financiers, quantitatifs et qualitatifs.

Les éléments financiers doivent être suivis avec une fréquence mensuelle, les éléments non financiers avec une fréquence trimestrielle.

Une plateforme de collecte de données est mise à la disposition de startups désirant intégrer le projet. Le TSi est alors calculé par entreprise, mais aussi au niveau national.

Un TSi élevé témoigne du fort potentiel de croissance d'une startup.

Pourquoi le TSi ?

Formaliser un tel indice visa à :

  • Montrer de façon objective le potentiel de croissance d'une startup ;

  • Offrir des possibilités de benchmarking au niveau national et international.

Quelles formes de financement sont ciblées ?

La transparence avec laquelle les startups vont appréhender le projet leur permettra d'attirer des investisseurs diversifiés et difficiles à approcher, tels que :

  • Les Business Angels qui apportent du financement, mais accompagnent aussi les porteurs d'idées ;

  • Les Capital Risqueurs : une conférence annuelle devrait être programmée pour présenter les startups à ce genre d'investisseurs ;

  • Le crowdfunding, qui cible les petits investisseurs ;

  • Les fonds spéciaux d'investissements et les banques, voies classiques de financement.

Quelles perspectives pour le TSi ?

La BAD compte partir de la Tunisie pour généraliser le “Startup Index’’ sur tous les pays arabes de l'Afrique, à savoir le Maroc, l’Algérie, la Libye, l’Egypte et le Soudan). Etre pionnière en la matière aidera bien évidemment la Tunisie à mieux se positionner au niveau international.

Malheureusement, les représentants de la BAD semblent ignorer le contexte tunisien (juridique, en particulier) qui risque de ne pas être assez incitatif pour les startups. Ils ont tout de même annoncé que la BAD a mis un fonds dédié au financement aux petites entreprises innovantes à la disposition de certaines banques de la place.

Par ailleurs, la BAD finance aussi directement les entreprises innovantes, mais qui ont dépassé le stade "Startup".

Au terme de cet événement, il reste quand même des zones d'ombre liées à la démarche à adopter pour mettre en place un indice qui, à la fois :

  • s'adapte au contexte tunisien

  • permet d'établir des comparaisons avec d'autres pays

Il va sans dire qu'à mesure que les startups qui s'engagent dans le projet sont nombreuses, l'indice national sera plus fiable et plus représentatif de cette catégorie des entreprises tunisiennes.

Pour répondre à une question de l’auditoire imposée par la conjoncture économique actuelle, les représentants de la BAD ont confirmé qu'une notation défavorable de la Tunisie par les agences internationales aura une influence négative même sur les startups les mieux notées selon le TSi. Toutefois, ils considèrent qu'il ne s'agit là que d'une période de transition que la Tunisie saura franchir.

Les organisateurs de l'événement ont promis une succession d’ateliers de travail pour donner plus d'informations sur ce nouveau concept, et faire participer autant d'intervenants que possible dans la confection du TSi.

Commentaires

Soumis le 25 Mars 2012 - 18:16
Comment: 
Merci Manel pour cette synthèse!